Rencontres de la laïcité, 4ème édition

Deux tables rondes étaient organisées à l’occasion de ces rencontres de la laïcité. La première a réuni deux militantes des droits des femmes, Martine Cerf, présidente de l’association « EGALE » et Annie Sugier, présidente de la ligue du droit international des femmes autour du thème « Enjeux laïques en Europe ».

 

Celles-ci ont d’abord montré la manière dont enjeux laïques et droits des femmes étaient liés.  Pour Annie Sugier, « la laïcité est utile au droit des femmes en ce qu’elle met une distance entre  la chose publique et la religion (…) Elle garantit la séparation de l’Eglise et de l’Etat pour que les femmes ne soient pas victimes de lois d’inspiration religieuse », restreignant par exemple leur droit à disposer de leur corps.

 


Débat : les enjeux laïques en Europe par GroupeSRC

 

Or, la conception française de la laïcité est unique en Europe. D’après les deux conférencières, les textes européens tels que la Charte européenne des droits fondamentaux consacrent une conception anglo-saxonne de la liberté religieuse. Selon cette conception, l’Etat n’a pas le pouvoir de limiter le droit d’expression de la religion même si celui-ci va à l'encontre de certains droits fondamentaux, notamment ceux concernant l’égalité homme-femme.

 

Selon Martine Cerf, le récent rejet du rapport Estrella, qui visait à faire de l’IVG un droit fondamental, doit sonner comme un avertissement. « L’Europe est sur la voie de la régression des droits fondamentaux». Pour avancer sur ces questions, il faut mobiliser les citoyens et élire des députés européens démocrates et laïcs.

 

 

La seconde table ronde réunissait Robert Badinter et Manuel Valls autour de Jean Glavany. Invité à débattre, Robert Badinter n’as pas hésité à faire part de son inquiétude sur l’avenir de la République laïque au Ministre de l’Intérieur.

 

D’abord l’environnement juridique a changé et la conception française de la laïcité entre parfois en contradiction avec les textes européens et internationaux. Ensuite, la gauche n’est plus au clair avec sa conception historique de la laïcité : « Nous avons à gauche, des visions qui ne sont plus celles de la laïcité républicaine telle que Ferdinand Buisson aurait pu la proclamer (…) nous entrons dans les distinctions, les incertitudes, la revendication du différentialisme, la voie ouverte sur les communautarisme ». Pour l’Ancien Garde des Sceaux, il est inconcevable de laisser les communautarismes religieux ou régionaux imposer leurs règles à la République.

 

 


Laïcité: droits et devoirs républicains - R... par GroupeSRC

 

Manuel Valls s'est entendu avec Robert Badinter à propos des menaces qui pèsent sur notre modèle républicain : les contestations de l'ultra-droite mais aussi la montée des identités et des communautarismes. « A cause du chômage, de la misère, de la violence (...) ceux qui sont de la deuxième ou troisième génération sont à la recherche d'autres identités, souvent à travers le fait religieux ». Les pouvoirs publics doivent rester inflexibles face aux revendications religieuses comme le port du voile ou la modification des menus dans les cantines... C'est un message de fermeté qu'a réaffirmé Manuel Valls, la gauche doit rester fidèle à ses positions et mener le combat sur les valeurs républicaines telles que la laïcité.

RESEAUX SOCIAUX

Facebook