3,8 milliards de plus pour le budget de la Défense

Le président de la République a tranché en faveur du maintien des crédits alloués à la Défense. Malgré la fragilité de la reprise économique, cette décision s’est imposée, « car c’est le choix de la France, de sa protection, de sa sécurité », a défendu François Hollande. Les crédits du ministère sont pérennisés à 31,4 milliards d’euros auxquels sont ajoutés 3,8 milliards d’euros. Cette mobilisation nationale c’est aussi la contribution de tous les Français à la lutte contre le terrorisme.

 

 


Allocution du président à la suite du Conseil... par elysee

 

 

 

Les crédits budgétaires de la Défense sanctuarisés

 

 

La décision est tombée à l’issue du conseil de défense sur l’avenir de nos armées. Les crédits de la Défense sont pérennisés à 31,4 milliards d’euros « sans aucun appel à des ressources extérieures » a expliqué le président de la République. À ces crédits seront ajoutés 3,8 milliards de crédits supplémentaires déployés sur 4 ans.

 

Enfin, 18 500 postes sont préservés sur les 34 000 suppressions prévues.

 

C’est un effort considérable mais nécessaire pour se doter de personnels et d’équipements suffisants dans la lutte engagée contre la menace terroriste. Le récent projet d’attentat déjoué à Villejuif nous rappelle cette nécessité. « La sécurité, la protection, l'indépendance sont des principes qui ne se négocient pas » a affirmé le chef de l’État.

 

 

La lutte antiterroriste intérieure est maintenue

 

 

Le plan vigipirate, à son plus haut niveau depuis janvier, sera soutenu par le maintien de 7 000 militaires déployés sur l’ensemble du territoire dans le cadre de l’opération Sentinelle, en réponse aux derniers attentats.

 

 

 

Les opérations extérieures sont également maintenues

 

 

Les opérations engagées sur des terrains étrangers sur mandat de l’ONU seront maintenues afin de continuer à porter secours aux populations qui font face aux menaces terroristes et djihadistes.

 

 

 

Notre capacité de défense sera adaptée aux défis de demain

 

 

Les moyens alloués à l’aéronautique, à la cyber-défense et au renseignement seront maintenus en cohérence avec les annonces du Premier ministre dans le plan de lutte contre le terrorisme.

 

 

Ces décisions seront inscrites dans la loi de programmation militaire 2014-2019 réactualisée, qui sera présentée en Conseil des ministres le 20 mai prochain.

 

RESEAUX SOCIAUX

Facebook